En-tête

Un voyage en train pour des idées durables

Texte

Marion Loher, Lea Müller

Paru

11.11.2021

pionierfonds-header-climatetrain-2

L’équipe de SimpleTrain a profité d’un trajet à bord du «Climate Train» vers Glasgow pour échanger avec des participants de la COP26.

Avec l’Eurostar, le voyage Bruxelles-Londres dure deux heures. 120 minutes qu’Austin Widmer et Marius Portmann ont pu consacrer à débattre de leur vision du voyage durable avec les participants à la 26e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Les étudiants zurichois et cofondateurs de la start-up SimpleTrain ont été autorisés à voyager à bord du «Climate Train» en direction de Glasgow pour y animer une discussion sur le thème «Ask me anything about rail» sur une portion du trajet. Parmi les voyageurs figuraient notamment le directeur des transports terrestres de l’UE, la directrice des chemins de fer néerlandais, le ministre néerlandais des infrastructures et de l’environnement ou encore une représentante des chemins de fer japonais. Une expérience unique. «Quelque peu surréaliste», selon Austin Widmer. «J’ai encore du mal à réaliser avec qui nous avons pu nous entretenir.»

 

pionierfonds-inhaltsbild-simpletrain-roundtable

L’opportunité a été saisie

Le trio de fondateurs de SimpleTrain a été convié à participer à ce «Climate Train» à l’occasion du World Passenger Festival qui se tenait à Amsterdam au début du mois d’octobre. Par pur hasard. «Nous tenions un stand dans l’espace réservé aux start-up sur lequel nous avons présenté notre plateforme de réservation de voyages en train», explique Austin Widmer. Lui et ses collègues ont suivi plusieurs tables rondes en parallèle. Lors du débat sur le thème «How to get the planes out of the sky» (Comment faire disparaître les avions du ciel), ils ont engagé la conversation avec un représentant néerlandais de ProRail qui les a informés de la possibilité de discuter des solutions envisageables avec certains décideurs dans l’Eurostar en vue de la COP26, et qui a donné le feu vert aux Suisses. Sans la moindre hésitation, les étudiants ont saisi l’occasion: «S’asseoir à la table des décideurs de l’UE pour débattre de l’amélioration des voyages ferroviaires internationaux – c’est une portée que nous ne soupçonnions pas», souligne Austin Widmer. 

 

Un accès simple et rapide aux billets de train

Le projet SimpleTrain montre à quel point il est simple de voyager en train de manière éco-responsable, même sur de longs trajets. Grâce à l’aide du Fonds pionnier Migros, la start-up zurichoise a pu mettre en ligne une plateforme de réservation permettant notamment aux voyageurs de réserver en toute simplicité des billets de train bon marché pour toutes les correspondances à l’étranger. En savoir plus 

 

Des solutions pour s’y retrouver dans la billetterie

Pour Austin Widmer et Marius Portmann, cette table ronde fut très fructueuse. Tous deux ont pu exprimer leur point de vue sur les difficultés rencontrées dans le secteur du transport ferroviaire international,  leur principale préoccupation étant le système d’achat de billets, jugé trop compliqué et trop coûteux au-delà des frontières nationales. Si les compagnies ferroviaires coopéraient plus efficacement et cherchaient ensemble des solutions, il serait beaucoup plus facile de s’y retrouver. «Tous les participants ont admis le problème et sont conscients de la nécessité d’améliorer les voyages internationaux en train dans l’optique du développement durable», explique l’étudiant. Cependant, et c’est le point noir de cette affaire, il faudra probablement patienter encore un peu avant que les choses ne bougent. «Pour le moment, de nombreuses entreprises ferroviaires en Europe ne sont pas disposées à partager leurs données ou à coopérer au-delà des frontières nationales.»

pionierfonds-inhaltsbild-simpletrain-climatetrain-1

Le vice-président de l’UE redonne un peu d’espoir

Les fondateurs de SimpleTrain ont repris espoir auprès du vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans. «Il a affirmé aux participants du «Climate Train» que les politiciens ou l’UE interviendraient si les compagnies ferroviaires ne coopéraient pas de leur propre chef», explique Austin Widmer. Bien que les propositions de solution n’aient pas dépassé le stade du concept pendant le trajet, cette table ronde s’est révélée une étape essentielle pour la jeune équipe de la start-up. «Nous avons noué de nombreux contacts intéressants et espérons désormais aborder la question avec les politiciens suisses.»

Fotos: ©SimpleTrain

Noël ensemble

Avec les projets de l’Engagement Migros