En-tête

Mon chien est aussi le tien

Texte

Manuela Enggist

Paru

21.04.2022

headerbild-sharing-economy-dogsharing2880x1260

De plus en plus de gens préfèrent partager plutôt que d’acheter. L’économie du partage a le vent en poupe – elle concerne même les animaux de compagnie.

Matti est désorienté. Sur le Waid du sommet zurichois du Käferberg, le jeune chien saute d'abord sur une jambe, puis sur une autre. Il finit par se coucher sur le dos et réclamer des caresses. En effet, devant lui se tiennent Sirin In Albon (20 ans) et Marlies Seifert (38 ans) qui caressent maintenant l'animal à cœur joie. «Il n'est pas habitué à nous voir toutes les deux ensemble», fait remarquer Sirin In Albon, propriétaire du border collie de deux ans. Depuis septembre dernier, Marlies Seifert accueille également le chien chez elle. Les deux femmes se partagent Matti. Tout a commencé au moment où Marlies Seifert a souhaité adopter un chien. «J'en ai vu quelques-uns, je suis même allée dans un refuge. Mais je n'ai pas trouvé celui qui me correspondait.»

Marlies a donc créé un profil sur la plate-forme de partage de chiens Hundelieb en guise de solution intermédiaire. Matti et Sirin l'ont ensuite contactée pour lui proposer de se rencontrer. «Et l'alchimie entre Matti et moi a été immédiate.» Ce fut également un soulagement pour Sirin. Matti s'est retrouvé chez elle à la suite de circonstances particulières. En fait, l’animal était voué à travailler comme chien de berger en Norvège, aux côtés de son père. «Mais sa sensibilité ne le permettait pas.» Sirin In Albon l'a donc adopté. En septembre, elle entame ses études d'agronomie à l'EPFZ et cherche quelqu'un pour s'occuper de Matti pendant la journée. Elle s'inscrit sur la plate-forme «Hundelieb» et tombe aussitôt sur le profil de Marlies Seifert. «Marlies était à la recherche d'un chien bien dressé, nécessitant beaucoup d'exercice et de balades en extérieur. Cette description correspond quasiment trait pour trait au profil de Matti.» Par ailleurs, Marlies réside à deux pas de l'EPFZ, ce qui est très pratique. Ainsi, l'étudiante dépose généralement le chien chez elle sur le chemin de l'université.

news-inhaltsbild-sharing-economy-dogsharing

Sirin In Albon (à gauche) et Marlies Seifert sont de sortie avec Matti sur le Käferberg de Zurich. Ils partagent le border collie de deux ans.

Je pense qu'il est important que les chiens ne soient pas ballottés, mais qu'ils bénéficient au contraire d'une certaine stabilité.

Marlies Seifert

Matti passe trois à quatre journées par semaine chez Marlies, qui occupe un poste de spécialiste en communication chez Engagement Migros, et l'emmène faire son jogging ou se promener pendant la pause déjeuner. Sirin prend en charge et prépare la nourriture, qu'elle apporte emballée à Marlies. Elle paie également elle-même les frais médicaux et s’acquitte de l’impôt sur les chiens. Il est sans doute préférable d'évoquer brièvement ce sujet dès le départ, affirme la propriétaire de Matti. Au niveau éducatif, les deux femmes se sont également mises d'accord: Matti n'a pas le droit de monter sur le canapé. Et pour lui faire perdre l'habitude de «sauter sur les gens», elles ont convenu d'une tactique commune pour éviter de le désorienter.

Lorsque l'on s'inscrit sur la plate-forme, on doit avoir la volonté d'assumer des responsabilités, explique Marlies Seifert. «Je pense qu'il est important que les chiens ne soient pas ballottés, mais qu'ils bénéficient au contraire d'une certaine stabilité.» Les deux femmes prévoient de se partager Matti aussi longtemps que possible. «Si j'avais décidé d'adopter mon propre chien, je pense que j'aurais eu moi aussi besoin d'aide de temps en temps ou qu'il aurait dû rester seul plus longtemps.» Ainsi, elles savent toutes deux que Matti reçoit toute l'attention qu'il mérite.

La plate-forme: HUNDELIEB est la première et la plus grande plate-forme de dogsharing dans les pays germanophones.

Voici comment ça marche: Les personnes souhaitant partager leurs chiens s'inscrivent sur le site ou l'application et créent le profil de leur chien. Les personnes intéressées peuvent également créer un profil, se décrire elles-mêmes ainsi que le type de chien qu’elles recherchent. L’inscription est gratuite. Cependant, pour pouvoir contacter activement d'autres personnes, il est nécessaire de devenir membre Premium et de payer une cotisation. Il est recommandé aux membres de se mettre d'accord sur les questions d'assurance.

Les projets de partage du Fonds pionnier Migros:

Photos: Christian Schnur

Abonnez-vous la newsletter

Abonnez-vous maintenant à la newsletter de l’Engagement Migros