En-tête

Enfin une place d’apprentissage!

Texte

Monica Müller

Paru

21.07.2022

Saimen et Helin à l'école Bullinger

Helin et Saimen ont suivi l’année de préparation à l’apprentissage de Migros et fait leur entrée dans le monde du travail au terme de celle-ci.

Helin

«J’ai décroché un contrat d’apprentissage pour un poste d’employée de commerce à la Fédération des coopératives Migros. Je suis tellement contente! Avant l’entretien décisif avec ma formatrice, j’étais vraiment nerveuse. Deux apprentis de l’équipe m’ont accompagnée. Lorsque je leur ai annoncé la bonne nouvelle, ils étaient aussi hyper contents pour moi.

Aujourd’hui, je me sens vraiment bien dans l’équipe. Je me suis débarrassée d’un gros poids: le soir, après l’école ou le travail, je peux de nouveau rencontrer mes amies pour sortir au lieu de passer mon temps à rédiger des candidatures. Ça me fait vraiment du bien. Bien sûr, j’apprends encore beaucoup de choses pour l’école. Par exemple, je m’efforce d’élargir mon vocabulaire en lisant beaucoup ou je fais des exercices de géométrie. Mais d’une certaine manière, tout me semble plus facile. Je remarque aussi à quel point mon allemand s’améliore parce qu’à chaque fois que j’écris un e-mail, je me dis: maintenant, c’est pour de vrai.

Portrait d'Helin à l'école de Bullinge

J’ai aussi davantage confiance en moi et je suis plus ouverte.

Helin Bayar (16 ans)

J’ai aussi davantage confiance en moi et je suis plus ouverte. Maintenant, je suis plus autonome dans le traitement des réclamations de la clientèle, je peux ajouter de nouveaux articles dans le système ou donner mon avis sur l’emballage d’un nouveau produit. Récemment, j’ai été autorisée à sélectionner moi-même l’emballage d’un nouveau risotto parmi plusieurs propositions. J’ai vraiment adoré.

Depuis toute petite, je voulais travailler dans le commerce. Maintenant, je me rends compte que c’est un métier encore plus intéressant et varié que ce que je pensais. Je m’imagine bien travailler toute ma vie comme employée de commerce. Peut-être à Migros? Je trouve ça super que l’année de préparation à l’apprentissage soit étendue à 40 jeunes. J’espère que la prochaine promo saura apprécier et saisir cette opportunité. Pour moi, ça a été totalement positif!»

Helin, Saimen et leur enseignante Rita Gubser sur les marches devant l'école Bullinger

L'enseignante Rita Gubser (à gauche) avec Helin Bayar (au centre) et Saimen Kadic.

Saimen

«Je vais bien! J’ai changé de place de stage début mars. Je suis passé de Mibelle à Buchs (AG) à un poste de logisticien dans un magasin OBI, à Affoltern am Albis (ZH). C’est parce qu’à partir de cet été, je vais suivre ici un apprentissage avec attestation de formation professionnelle (AFP). Cet apprentissage avec AFP ne dure que deux ans et il est plus facile sur le plan scolaire.

Mon niveau d’anglais et d’allemand n’est toujours pas suffisant. Pour progresser, j’ai réglé mon portable et ma PlayStation sur l’anglais et je regarde aussi des séries en version originale. Je bosse l’allemand avec mon père. Je vois déjà les résultats: en anglais, je comprends mieux et j’ose davantage parler. Même ma prof s’en est rendu compte.

Portrait de Saimen à l'école de Bullinge

J’aime bien me rendre compte que je fais du bon boulot.

Saimen Kadic (16 ans)

À Obi, je commence à travailler à 7 h et je termine à 17 h. Au début, j’avais du mal à tenir debout si longtemps. Un collègue, qui a obtenu son diplôme de logisticien, m’a convaincu de persévérer. Il m’a expliqué qu’il fallait que je tienne bon pendant un mois et qu’ensuite, je me serai habitué. Et c’est ce qui s’est passé. J’aime bien travailler dans l’équipe. Tout le monde s’entend bien et se montre aimable avec la clientèle. J’ai aussi intégré une chose: le client est roi, la cliente est reine. Il n’y a pas longtemps, j’ai porté jusqu’à la voiture d’un couple le moteur électrique qu’ils venaient d’acheter. Ils ont voulu me donner 20 francs de pourboire, mais j’ai refusé. J’aime bien me rendre compte que je fais du bon boulot. Et aussi que je peux toujours me rendre utile. Si je n’ai rien à faire, je passe un coup de balai au lieu de perdre mon temps sur mon téléphone. Si je ne sais pas répondre à la clientèle, je lui demande de patienter le temps de me renseigner. Et même quand je suis stressé, je ne cours pas dans le magasin, ça ferait mauvaise impression.

Trois soirs par semaine, je vais à mon entraînement de handball. Quand je rentre à la maison, je suis tellement épuisé, que je m’allonge directement sur le canapé ou sur le lit. Je veux dire à toutes celles et ceux qui vont encore à l’école: profitez-en! Après, c’est moins tranquille. Le monde des adultes est passionnant, mais aussi vraiment fatigant. Comment je me sens? Heureux! Ça me fait vraiment, mais alors vraiment plaisir de savoir que je vais commencer mon apprentissage de logisticien après les vacances d’été.»

Élargissement de l’année de préparation professionnelle

Dès cet été 2022, Migros étend le projet «Année de préparation professionnelle» en y intégrant dorénavant 40 jeunes. Le projet inclura non seulement la région de Zurich, mais aussi celles des cantons d’Argovie, Bâle et Soleure. Par ailleurs, d’autres entreprises Migros vont également participer. En outre, Intrinsic, un réseau d’innovation dans la formation, soutiendra le développement de l’apprentissage personnel chez les jeunes.

Photos: Anne Gabriel-Jürgens

Devenez les héros du voisinage

Nous mettons en jeu 500 x Fr. 500.– pour des projets communs de voisinage.