Header

«Il faut découvrir mes jeunes en action»

Text

Monica Müller

Published

25.05.2022

Venus Le am Limmatplatz in Zürich vor dem Migrosgenossenschaftsgebäude

Venus Le s'occupe de jeunes hommes et femmes qui suivent l'année de préparation professionnelle Migros. Elle explique pourquoi son engagement est bénéfique pour tous.

«Je pensais qu'à 28 ans, j'étais encore jeune. Mais dans l'échange avec les ados dont je m'occupe, je me sens parfois plutôt vieille. Je ne suis pas sur Tiktok, je m'exprime différemment d'eux, je ne connais pas les tendances qu'ils suivent... Bref, pour eux, je viens d'une autre planète. Mais je suis la Venus de la FCM. Je suis leur coach et je suis là pour eux si quelque chose les préoccupe personnellement, s'ils ont un problème avec leur place de stage ou si leur motivation pour l'école est en berne.»

«Depuis l'été dernier, je m'occupe des jeunes qui suivent l'année de préparation à l'apprentissage de Migros. Ces 14 jeunes hommes et femmes sont tous ici parce qu'ils n'ont pas trouvé de place d'apprentissage à l'issue de la 3e secondaire. Leurs dossiers n'étaient pas au top, leurs notes étaient moyennes ou mauvaises, et ils n'ont pas pu être soutenus de manière optimale par leurs parents ou leurs enseignants dans leur recherche d'une place d'apprentissage. Lorsqu'ils sont entrés chez nous, ils étaient fatigués de l'école et avaient un peu perdu foi en eux-mêmes.»

«Je rencontre chacun d'entre eux au moins une fois par mois, voire plus souvent si nécessaire. L'échange peut être plus ou moins long. J'essaie de soutenir chacun dans ce dont il a besoin à un moment donné. Par exemple, un jeune était malheureux dans son stage parce que le travail était trop technique pour lui. Avec le centre de carrière, nous avons déterminé ce qui pourrait lui correspondre davantage et j'ai fait le tour des entreprises au téléphone jusqu'à ce qu'il puisse aller faire un essai ailleurs. Il est maintenant heureux de sa nouvelle place dans le domaine commercial.»

Portrait Venus Le

Venus Le (28 ans) est assistante sociale de formation et travaille comme coach à la FCM.

Il faut faire l’expérience directe de ces jeunes hommes et femmes. Leurs dossiers ne leur rendent pas justice.

Venus Le

Tous les jeunes sont préoccupés par la question de savoir ce qu'ils doivent faire lorsqu'ils décrochent au niveau scolaire. C'est pourquoi nous passons une journée avec un psychologue pour enfants et adolescents afin de savoir quel jeune correspond à quel type d'apprenant et comment améliorer leur capacité de concentration. Certains essaient donc maintenant de poser plus de questions, d'autres prennent plus de notes. Depuis l'atelier, l'un des jeunes tient une liste des tâches sur son téléphone portable et n'oublie plus rien.

Dans un autre atelier avec une rappeuse, mes jeunes ont pu, pour une fois, travailler de manière lyrique et se concentrer sur le rythme de la langue, au lieu de toujours penser immédiatement à d'éventuelles fautes d'orthographe. Au début, tous étaient réticents - notamment parce qu'ils sont souvent peu sûrs d'eux en allemand. Mais à la fin, chaque groupe a présenté son propre rap. C'était un moment merveilleux pour moi. Et je pense que c'était aussi le cas pour les jeunes.

Il faut faire l’expérience directe de ces jeunes hommes et femmes. Leurs dossiers ne leur rendent pas justice. Aujourd’hui, certains de mes jeunes ont déjà pu signer un contrat d'apprentissage chez Migros, pour les autres, les choses se présentent bien.

Aide pour démarrer un apprentissage

Migros et l’école professionnelle Viventa ont lancé, en août 2021, un projet pilote dans la région de Zurich. Il s’adresse à des jeunes qui n’ont pas encore réussi à remplir les exigences requises pour une place d’apprentissage, que ce soit pour des raisons familiales, sociales ou autres.

Pendant un an, les jeunes suivent des cours à l’école professionnelle Viventa et acquièrent également une première expérience pratique dans l’une des entreprises du groupe Migros. En cas d’intérêt réciproque, l’objectif est de pouvoir ensuite leur offrir une place d’apprentissage au sein du groupe Migros.

Photos: Nik Hunger