En-tête

À quel point la Suisse est-elle inégalitaire?

Texte

Benita Vogel

Paru

28.06.2022

Illustration: deux personnes escaladent une montagne

Grâce à une bonne formation, les chances de s’élever socialement en Suisse restent intactes. C’est pourquoi les inégalités de revenus n’ont pas augmenté au cours des 100 dernières années, comme le montre une analyse des données fiscales, des noms de famille et du niveau de formation.

Dans les contes de fées, c’est simple: la pauvre Cendrillon épouse le riche aristocrate. Aux États-Unis, on rêve du laveur de vaisselle qui se hisse au rang de millionnaire. Comment fonctionne l’ascension sociale en Suisse? La mobilité sociale existe-t-elle encore? Ou bien les inégalités se creusent-elles aussi en Suisse, comme dans d’autres pays? Melanie Häner, responsable de la politique sociale à l’Institut de politique économique suisse de l’Université de Lucerne, a étudié ces questions. Pour ce faire, elle a analysé les données fiscales cantonales des 100 dernières années (voir l’encadré sur les données fiscales) ainsi que la signification des noms de famille. Elle est parvenue à des résultats surprenants.

La famille et le nom?

Ils n’ont pas d’influence sur le statut social. Chez les Habsbourg, le nom indiquait le statut social. Dans d’autres pays comme les États-Unis ou la Scandinavie, c’est encore partiellement le cas aujourd’hui. Mais la situation en Suisse est différente. «L’appartenance familiale joue un rôle secondaire dans la réussite personnelle», explique Melanie Häner. Les parents influent à 40 pour cent sur le statut social de formation de leurs enfants, les grands-parents à moins de 20 pour cent, et les arrière-grands-parents n’ont plus du tout d’influence sur la réussite ou le statut de leurs arrière-petits-enfants. La perméabilité élevée de l’échelle sociale en Suisse est due à la migration, à la mixité sociale et à un ordre social qui permet l’ascension par le travail et la performance, explique la chercheuse. On appelle cela l’effet Buddenbrook: dans la famille de commerçants du roman de Thomas Mann, il ne restait plus rien de la réussite d’antan après la quatrième génération. Pour réaliser son étude, Melanie Häner a analysé les noms de famille présents sur tous les registres de naissance et de baptême du canton de Bâle-Ville depuis 1550 ainsi que les noms de famille de tous les étudiants et étudiantes de l’Université de Bâle depuis sa création.

Illustration: Chaussure à talon avec boucle

L’ascension sociale par le mariage?

Pas en Suisse. Le mariage est aussi un moyen de s’élever socialement. Cendrillon peut en témoigner. En Suisse, cela ne fonctionne toutefois pas comme dans les contes de fées. Selon Melanie Häner, les données fiscales montrent que les conjoints ont un revenu similaire avant le mariage. Cela signifie que les hommes qui gagnent bien leur vie épousent des femmes qui gagnent bien leur vie (et inversement). Ceux qui ont moins d’aisance financière se marient avec des personnes semblables (voir graphique). Détail intéressant: ce comportement matrimonial sélectif augmente les inégalités dans la société. «L’inégalité des revenus est donc supérieure de 10 pour cent à la situation dans laquelle les couples se marieraient au hasard», explique Melanie Häner. Pour les 20 pour cent les mieux payés, l’effet est si important que la redistribution fiscale ne parvient pas à le compenser en raison de la progressivité. Ce n’est qu’à partir des 5 pour cent supérieurs que la progressivité a l’effet escompté, et que la fiscalité compense l’effet du choix du partenaire.

Si l’on considère les patrimoines, le proverbe «qui se ressemble s’assemble» s’applique également. Les riches se marient donc avec des riches, les moins fortunés se marient entre eux. Ce phénomène est également plus prononcé aux extrémités supérieures et inférieures de la répartition des richesses.

Une bonne éducation?

C’est la clé de l’ascension sociale: comme les couples ne sont pas riches à la base, la fortune de la famille (parents, grands-parents) joue un rôle beaucoup moins important que la fortune des couples eux-mêmes, selon Melanie Häner. Les futurs époux travaillent d’abord pour progresser socialement et font ensuite un meilleur parti sur le marché matrimonial. «Cela se voit aussi dans le fait que les couples se ressemblent non seulement en termes de fortune et de revenu, mais aussi en termes de formation», précise la chercheuse. La fille d’ouvrier devient d’abord médecin et se marie ensuite avec un médecin. «Le système de formation en Suisse joue un rôle clé dans la perméabilité sociale», affirme Melanie Häner avec conviction. Celui qui fait un apprentissage peut poursuivre sa formation dans les hautes écoles et les écoles supérieures, ou entamer une carrière académique. «Les chances de promotion restent donc intactes», poursuit-elle. Le fait que les enfants d’universitaires soient surreprésentés dans les universités est certes avéré. «Mais le rendement de la formation, c’est-à-dire ce qu’on retire financièrement de la formation, n’est en moyenne pas plus bas avec un diplôme d’HES qu’avec un diplôme universitaire.» Il n’est donc pas nécessaire d’opposer les formations entre elles.

Selon Melanie Häner, l’ascension sociale grâce à la formation est également l’une des raisons pour lesquelles les inégalités de revenus ne sont pas cimentées à long terme, même si elles augmentent à court terme en raison du comportement matrimonial. «Sur plusieurs générations, les données fiscales montrent que les inégalités de revenus sont restées stables.» C’est également ce que l’on peut aisément constater dans la base de données interactive Swiss Inequality Database (SID) (en allemand),  qui est accessible au public depuis peu. La répartition des revenus en Suisse évolue différemment des États-Unis, où l’écart se creuse depuis les années 80.

Illustration: Porte-documents en bouée de sauvetage

Le travail?

Un facteur important: selon la chercheuse, une autre raison de la forte mobilité sociale et de la faible inégalité des revenus avant déduction fiscale est le bon fonctionnement du marché du travail et le faible taux de chômage. «Nous avons aussi de bonnes assurances sociales qui amortissent bien les éventuelles crises», ajoute Melanie Häner.

La stabilité?

En danger: l’impact de la crise du coronavirus, de l’inflation élevée et de la guerre en Ukraine sur les inégalités de revenus n’apparaît pas encore dans les données fiscales, qui ne sont disponibles que jusqu’en 2018. «Les crises sur le marché du travail, qui entraînent des taux de chômage élevés, recèlent le plus grand potentiel d’augmentation des inégalités», explique Melanie Häner. En revanche, les crises du marché des actions, au cours desquelles les personnes fortunées enregistrent des pertes, ont un effet compensatoire. «Les indemnités de chômage partiel et les crédits de transition ont certainement été de bons instruments.»

Illustration: une personne en équilibre sur une planche

La question de l’évolution des inégalités en termes de patrimoine reste ouverte. Selon les dernières études, l’écart se creuse de plus en plus. Les fortunes des plus riches du monde ont continué à croître en 2021. Ils ont pu profiter l’année dernière de la hausse des cours des actions et de la reprise économique après la crise du coronavirus. Les hausses actuelles des taux d’intérêt des banques centrales pour lutter contre l’inflation élevée pèsent sur le moral des marchés boursiers et font pression sur les cours de la bourse. La guerre en Ukraine aura également un impact. Reste à savoir dans quelle mesure.

Il est toutefois clair que le système fiscal actuel n’a pas toujours un effet compensatoire en ce qui concerne la fortune et les revenus en Suisse. Il existe un potentiel d’amélioration.

Les données et les collecteurs

Pour mesurer l’inégalité des revenus au cours des 100 dernières années, il existe différentes possibilités qui font l’objet de controverses. Comme le célèbre économiste français Thomas Piketty, l’équipe de l’Université de Lucerne utilise des données fiscales pour déterminer l’inégalité des revenus. Celles-ci ont l’avantage, dans le sens d’une enquête exhaustive, de représenter intégralement (contrairement aux données d’enquête par exemple) les revenus les plus élevés, qui sont décisifs pour mesurer la concentration des revenus. De plus, ces données sont disponibles à long terme. En Suisse, les statistiques sur le revenu imposable remontent à 1917. Les données peuvent être consultées sur: www.iwp.swiss (en allemand)

Illustrations: Alice Kolb

Devenez les héros du voisinage

Nous mettons en jeu 500 x Fr. 500.– pour des projets communs de voisinage.