En-tête

«Je suis morte de nervosité»

Texte

Marlies Seifert

Paru

22.03.2022

Maria Brendle und Will Smith

La réalisatrice Maria Brendle est nommée pour un Oscar avec son court-métrage «Ala Kachuu». Comment se sent-elle peu avant la remise des prix? Nous avons pris la température.

Maria Brendle, comment vous sentez-vous à quelques jours de la remise des Oscars?
Mon cœur bat la chamade, et ce depuis des jours! Je suis à Los Angeles depuis début mars, où j’enchaîne les rendez-vous: projections, entretiens, galas. C’est très excitant. Parfois, j’ai l’impression d’être dans un film. L’un des temps forts a été le déjeuner des nommés. Quand on fait la queue derrière Kristen Stewart pour aller aux toilettes et que Will Smith est assis à la table d’à côté, c’est très surréaliste. (rires)

Selon vous, quelles sont vos chances de décrocher l’Oscar?
Sur les cinq, il n’y aura qu’un vainqueur et ce pourrait être moi. Par mesure de précaution, je vais préparer un discours de remerciements, même si, rien que d’y penser, je suis morte de nervosité. Bien évidemment, j’espère que nous aurons la récompense, pour toute l’équipe qui a travaillé si dur sur le film. Mais pour moi, c’est déjà incroyable d’avoir été nommée. Ce sera ma fierté pour le reste de ma vie. 

Votre film a été soutenu par le Pour-cent culturel Migros. À quel point ce soutien a-t-il été important?
Incroyablement important. Sans lui, le film n’aurait pas vu le jour. Comme nous avons tourné à l’étranger, tout était excessivement cher. Très longtemps, personne n’a cru au film et nous avions de gros trous dans le budget. La subvention est arrivée juste au bon moment. C’est fou! À peu de choses près, le film ne sortait pas et maintenant je vais fouler le tapis rouge des Oscars avec mon actrice principale!

Filmplakat «Ala Kachuu»

«Ala Kachuu»

Le film raconte l’histoire de Sezim, une jeune Kirghize de 19 ans qui veut réaliser son rêve: faire des études. Un rêve brisé lorsqu’elle est enlevée et mariée de force à un inconnu. Elle doit alors décider: refuser cette union et être mise au ban de la société ou poursuivre son rêve. Le mariage par enlèvement, Ala Kachuu en kirghize, est officiellement interdit, mais encore très répandu. Avec son film, Maria Brendle aimerait attirer l’attention sur le droit des femmes et «donner la parole à celles que l’on entend peu.»

Photo/scène: Maria Brendle et Will Smith au Nominee-Luncheon

Abonnez-vous la newsletter

Abonnez-vous maintenant à la newsletter de l’Engagement Migros