Header

Violence domestique: les signaux d’alerte

Text

Kristina Reiss

Published

30.09.2022

Frau steht an Fenster und schaut sehnsüchtig hinaus

Lorsque la violence domestique est de nature psychologique, elle est particulièrement difficile à appréhender, même pour les personnes concernées. Ces signes avant-coureurs ne doivent pas être négligés.

La Suisse enregistre chaque semaine une tentative d’homicide dans la sphère privée, et une personne meurt toutes les deux semaines des conséquences de la violence domestique. La majorité des victimes sont des femmes, mais les hommes et les enfants sont également concernés. Le nombre de cas non recensés est élevé. Moins de la moitié des victimes demandent de l'aide, que ce soit par peur, par honte ou parce qu'elles ne reconnaissent pas qu'elles sont dans une relation violente.

La violence psychologique est particulièrement difficile à appréhender. Trop souvent, la violence domestique ne se limite pas à des coups et à des bleus. «La violence émotionnelle est comme un poison qui se répand lentement, mais qui ne laisse pas de blessures visibles», explique Simone Eymann.

Avec son équipe, elle a fondé l'association «Tech against Violence» et lancé l’outil en ligne #withyou, qui cible les comportements toxiques. Les victimes et leur entourage peuvent s'y informer de manière exhaustive par le biais de questionnaires interactifs et de définitions simples, et ainsi demander de l'aide avant que la violence ne s’aggrave.

Comment reconnaître les signes d'une violence psychologique, plus subtile? Voici cinq signaux d’alerte d’une relation toxique:

1. Jalousie et contrôle

Votre partenaire veut constamment savoir où vous êtes et ce que vous faites? Messages ou appels fréquents, suivi permanent sur les réseaux sociaux ou stalking, votre partenaire veut avoir le contrôle sur votre vie. Mais le contrôle obsessionnel n'a rien à voir avec l'amour. Il s'agit plutôt d'un besoin de pouvoir et de dépendance.

Autre signe qui devrait vous alerter: lorsque votre partenaire essaie de vous isoler de vos ami-es et/ou de votre famille. Si vous voulez faire quelque chose en solo ou avec des amis, votre partenaire met votre amour en doute ou vous fait culpabiliser.

2. Déformation des faits

Son comportement vous fait douter de votre perception? («Je n'ai jamais dit ça comme ça, tu te fais des idées!», «Tes amis pensent aussi que tu es souvent de mauvaise humeur»). Cette forme de manipulation et de harcèlement émotionnel est appelée gaslighting.

L’objectif est de vous faire croire que vos perceptions et vos pensées sont fausses ou sans importance. Vous commencez alors à douter de vous-même. Le gaslighting est clairement une forme de violence émotionnelle. Celle-ci est particulièrement pernicieuse, les personnes concernées ayant souvent besoin de beaucoup de temps avant de reconnaître le caractère systématique de cette pratique.

3. Sautes d'humeur brutales

Les relations toxiques sont souvent des montagnes russes émotionnelles. Tantôt votre partenaire fait preuve d’amour et d’attention, tantôt il/elle n’affiche que distance et froideur et vous punit, par exemple, en se taisant ou en vous privant d'amour. De telles sautes d'humeur peuvent surgir de nulle part.

Vous ne vous sentez jamais vraiment en sécurité dans votre relation. Après un épisode de violences vient la phase dite de «lune de miel»: vous vous réconciliez mais après un certain temps, les choses s’aggravent à nouveau. Votre partenaire peut crier, hurler voire vous insulter. La colère verbale peut conduire à une perte de contrôle et à des violences physiques.

4. Contrôle financier

Votre partenaire contrôle votre argent? Le contrôle financier est le signe d’une relation malsaine. Peut-être votre partenaire utilise-t-il/elle votre carte de crédit pour effectuer des paiements en votre nom? Ce qui peut ressembler à de la sollicitude n’en est pas forcément. Le contrôle financier est une méthode efficace pour créer une forte dépendance.

5. Menaces

Les menaces et la coercition peuvent être dirigées contre vous et votre entourage («je vais te faire du mal/à tes proches!», mais aussi: «si tu me quittes, je me tue!»). Prenez au sérieux toute menace, toute intimidation et demandez de l'aide.

Votre relation présente des signes de violence? Vous trouverez de l’aide ici

  • Il est possible d'obtenir de l'aide et des conseils auprès des centres de consultation pour l'aide aux victimes des différents cantons - gratuitement, de manière confidentielle et anonyme: www.opferhilfe-schweiz.ch
  • Il existe également des offres de personnes bénévoles, si vous avez besoin de conseils en dehors des heures de bureau:
  • La main tendue au 143
  • AppElle! au 031 533 03 03
  • Telefon gegen Gewalt au 076 516 26 76

Informations complémentaires sur #withyou

L’objectif du nouvel outil en ligne #withyou est d’encourager les victimes à demander de l'aide. Il a été lancé par Tech against Violence, un spin-off de la faîtière suisse des organisations féminines alliance F. Cet outil en ligne inédit dans toute la Suisse est rendu possible par le Fonds pionnier Migros.

Photo/scène: Getty Images