En-tête

«Mettez en œuvre vos idées!»

Texte

Benita Vogel

Paru

20.09.2021

Pionierfonds-Leiter Stefan Schöbi

Stefan Schöbi, responsable du Fonds pionnier, sur les idées courageuses, la réussite et la gestion des erreurs.

Monsieur Schöbi, les créations d’entreprises sont en plein essor. Les pionniers et pionnières sont-ils également toujours plus nombreux? 

Nous l’espérons. Parce qu'il n'y a jamais eu non plus de défis aussi importants et urgents dans le monde. Mais tous les entrepreneurs ne sont pas également des pionniers. Nous sommes à la recherche d’acteurs du changement, qui veulent changer la société grâce à des idées novatrices.  

 Au cours des neuf dernières années, vous avez investi 100 mio. de Fr. dans 100 projets pionniers. Est-ce de l'argent bien dépensé?

Investir dans la société est toujours une bonne idée, comme le savait déjà le fondateur de Migros, Gottlieb Duttweiler. Nos investissements sont conçus pour être durables, pour soutenir la société sur des questions difficiles et pour la changer pour le mieux. Notre dernier projet, Thingsy, vise ainsi par exemple à prolonger la durée de vie des appareils électriques. Comme beaucoup de nos autres projets, Thingsy ne vise pas un retour sur investissement rapide, mais un impact social à long terme.  

Comment les idées vous viennent-elles? 

Elles ne viennent pas d'elles-mêmes: nous les recherchons de façon ciblée. Avec huit scouts quotidiennement à la recherche de pionniers et pionnières, dans des domaines tels que l'économie circulaire, la mobilité et la technologie & l'éthique.  

Comment le Fonds pionnier Migros trouve-t-il les «bons» projets pionniers?  

Nous avons défini des domaines de recherche clairs - des objectifs qui, selon nous, revêtent une importance particulière pour notre monde et notre société. L'extraction du CO2 de l'air en fait partie, tout comme la participation active à la démocratie ou l'utilisation de la numérisation pour les questions sociales les plus brûlantes. Nous commençons la plupart du temps par des idées dont nous disons: «il faudrait vraiment le faire». Commence alors un long chemin de test et de planification d'un projet, au cours duquel nous mettons également à l'épreuve les pionniers et pionnières impliqués.

Pionierfonds-Leiter Stefan Schöbi

Les bons projets sont conçus en équipe. Et cela doit bien fonctionner afin d'atteindre les objectifs fixés malgré les difficultés et les changements.

Stefan Schöbi responsable du Fonds pionnier

Combien d'argent les pionniers et pionnières reçoivent-ils de Migros? 

Nous soutenons les projets pendant une durée moyenne de 3,5 ans. Les contributions par projet vont de plusieurs centaines de milliers à plusieurs millions de francs suisses. 

Votre équipe accompagne les projets pionniers pendant trois à cinq ans. En quoi ce coaching diffère-t-il des programmes et plateformes traditionnels destinés aux jeunes entreprises? 

Nos projets ne sont pas des start-ups au sens classique du terme. Si le business plan est également central, l'impact social que visent les pionniers et pionnières, la remise en question qu'ils veulent déclencher sont tout aussi importants. Ce n'est que lorsque les deux vont de pair qu'ils réussissent.

À propos du Fonds pionnier Migros

Le Fonds Pionnier Migros a été créé en 2012 pour faciliter et soutenir les innovations au service du progrès social. Le fonds de soutien fait partie de l’engagement social du groupe Migros, tout comme le Pour-cent culturel Migros. Il est soutenu par les entreprises Migros Denner, Banque Migros, Migrol et migrolino et dispose d'un budget annuel d'environ 15 millions de francs suisses. À la mi-septembre 2021, le Fonds pionnier Migros a franchi une étape importante: il a permis la réalisation de 100 projets et investi un total de 100 millions de francs. 

Et quand une idée échoue? 

Cela arrive - bien que rarement. Il n’est pas possible de mettre en œuvre des idées ambitieuses et visionnaires sans que, parfois, les choses ne se passent pas comme prévu. L’important est alors de tirer des enseignements de ces erreurs. 

Quels types d’erreurs se produisent? 

Des erreurs très diverses. Les besoins des clients sont mal évalués, ou on se perd dans des détails techniques. Parfois, les projets échouent parce que le marché se retourne ou parce qu'un concurrent imprévu apparaît. Le plan humain reste toutefois le facteur le plus important. 

Parce que les pionniers et pionnières sont souvent des divas? 

Ils sont parfois têtus, oui. Ils doivent l'être dans une certaine mesure, afin d'atteindre leurs objectifs ambitieux. Mais ils n'agissent généralement pas seuls. Les bons projets sont conçus en équipe. Et cela doit bien fonctionner afin d'atteindre les objectifs fixés malgré les difficultés et les changements. 

Quel rôle joue l'échange entre les pionniers et pionnières financés?  

Un très grand rôle! Les pionniers et pionnières des projets en cours et des projets terminés forment un réseau au sein duquel un échange d'expériences très dynamique a lieu, y compris entre les différents domaines thématiques. La communauté est vraiment la clé pour rendre un projet encore plus stable et intrinsèquement adaptable.

Nous avons défini des domaines de recherche clairs - des objectifs qui, selon nous, revêtent une importance particulière pour notre monde et notre société.

Stefan Schöbi responsable du Fonds pionnier

Quels conseils donneriez-vous aux pionniers et pionnières pour qu'ils ou elles réussissent?   

Lancez-vous à fond, avec audace mais aussi prudence. Pour notre anniversaire, nous publions un manuel contenant des conseils et des outils pratiques, en bref: tout ce que nous avons appris au cours de 100 projets. «Von 0 auf 100 – Ideen werden Wirklichkeit» («De 0 à 100 - Quand des idées deviennent réalités») est constamment complété dans un processus ouvert et dans l'échange avec les pionniers et pionnières. 

Vous avez lancé 100 projets pionniers. Quels sont vos grands moments de réussite?  

Presque tous les projets connaissent des crises difficiles. Notre plus grande réussite, c’est lorsque ces obstacles peuvent être surmontés et qu'un projet fait une véritable percée. Par exemple, lorsque Stop Hate Speech, l'algorithme de lutte contre le discours de haine, se met soudainement en marche. Lorsque Twiliner et son bus de nuit débarque dans les médias et est formidablement accueilli. Ou lorsque le chiffre d'affaires réalisé par Laufmeter grâce à une mode durable et de fabrication régionale augmente et que son seuil de rentabilité est presque atteint. 

Qu'avez-vous appris personnellement au cours de ces neuf années? 

Je sais surtout que je ne cesse jamais d'apprendre. Pour faire vraiment bouger les choses, il faut apprendre des autres tous les jours et ne pas se prendre trop au sérieux. 

Quelle est la taille de votre budget pour les prochaines années?  

Cela dépend des résultats des filiales de Migros dans les années à venir. Notre budget provient des dividendes de Denner, de la Banque Migros, de migrolino et de Migrol. Il s'élève actuellement à 15 millions de francs suisses par an.  

Quels vont être vos prochains investissements? 

Les prochains 100 projets pionniers ou plus (rires). Nous observons les changements sociétaux, élargissons nos domaines thématiques et adaptons continuellement notre recherche de projets.

Stefan Schöbi

Stefan Schöbi (né en 1977) dirige le Fonds pionnier Migros depuis sa création en 2012, après avoir dirigé le service de marketing de la Haute école des arts de Zurich. Stefan Schöbi est titulaire d'un doctorat en littérature allemande et d'un master en administration des affaires.

Photos: Jasmin Frei

Abonnez-vous la newsletter

Abonnez-vous maintenant à la newsletter de l’Engagement Migros