En-tête

Querelles de voisinage: comment éviter les conflits

Texte

Dario Aeberli

Paru

12.08.2022

Deux personnes discutent sur une terrasse de toit en buvant un café.

On ne choisit pas ses voisins et voisines, mais que les atomes soient crochus ou non, il faudra malgré tout s’entendre. Ces quatre conseils devraient aplanir le terrain entre vous.

1. Prenez leurs demandes au sérieux

En matière de voisinage, aucun détail n’est insignifiant. Lorsque vous écoutez votre musique trop fort ou téléphonez sur haut-parleur, cela les dérange vraiment. Au début, ils ou elles toléreront votre haie trop haute, mais tôt ou tard, leurs dents commenceront à grincer. Que leur regard se pose de ce côté ou que votre musique se fasse entendre et leur nerfs se mettront en pelote. 

2. Abordez-les dans un moment de calme

Souvent votre voisin ou voisine n’a aucune idée de l’irritation que vous causent ses habitudes. Profitez d’un instant de calme pour lui parler, ce qui lui permettra de comprendre le problème et d’évoluer en fonction. En tout cas, vous nouerez le dialogue. En Suisse, le voisinage est de plus en plus anonyme. Souvent, c’est devant le juge de paix que voisins ou voisines s’abordent pour la première fois! Mais ce n’est pas une fatalité.

3. Essayez de vous mettre à la place de vos voisins ou voisines

Peut-être l’objectif de leur haie trop haute est-il d’occulter leur chambre à coucher et non d’encourager la mousse à coloniser votre gazon? Si vous connaissez mutuellement vos désirs et besoins, vous trouverez sûrement un compromis.

4. Les excuses paient

Des plaintes à hauteur de plusieurs milliers de francs sont souvent retirées simplement parce que les personnes présumées fautives ont présenté leurs excuses. Souvent, il ne s’agit pas d’argent mais, pour les plaignants ou plaignantes, du sentiment d’un manque d’attention ou de respect à leur égard. Vous pensez que votre comportement n’a pas été à cent pour cent correct à leur égard? Alors excusez-vous. Plutôt deux fois qu’une.

Vous avez le don d’éviter les querelles?

On se bat actuellement sur la moitié du globe. Contre cela, une personne seule ne peut pas grand chose, mais en tant que juge de paix, elle peut apporter sa contribution. Les communes ont de la peine à pourvoir ces postes, et pourtant ils jouent un rôle majeur. Trois plaintes sur quatre sont solutionnées par le ou la juge de paix, déchargeant ainsi les tribunaux et épargnant sensiblement l’argent de nos impôts. Si le poste de juge de paix vous intéresse, vous trouverez ici des informations à ce sujet (en allemand).

Photo/scène: Getty Images