En-tête

«Toxic Masculinity»: la masculinité nocive

Texte

Marlies Seifert

Paru

12.11.2021

Weinender Mann

Un homme doit être fort et ne pas pleurer. Vraiment? Nous allons voir ici comment des modèles d’identification biaisés influencent notre quotidien et comment les contrer.

Au début, l’expression était réservée aux sociologues et psychologues, mais la «masculinité toxique» s’est entre-temps révélée au grand public à travers les médias de masse. Que cachent en réalité ces termes et en quoi cette approche est-elle problématique pour la cohabitation? Des réponses aux questions les plus brûlantes.

Qu’est-ce que la masculinité toxique?

Il faut commencer par dire que les hommes ou la masculinité ne sont pas toxiques en soi. On entend par masculinité toxique certains comportements et traits masculins qui peuvent avoir un impact négatif sur les hommes et leur environnement. «Les hommes sont persuadés qu’ils ne doivent pas montrer leurs faiblesses ni leurs sentiments, hormis la colère», explique Rahel Fenini, spécialiste du genre au Pour-cent culturel Migros.

Portrait Rahel Fenini

Rahel Fenini collabore au projet «Gender im Grünen».

Cette déambulation informative «Gender im Grünen» organisée notamment par le Pour-cent culturel Migros entend promouvoir le dialogue et la réflexion sur nos préjugés en matière de sexe. D’autres projets sont prévus en 2022.

Dans quelle mesure est-ce un problème pour les hommes?

Les hommes sont soumis à la pression sociale de devoir être forts, d’avoir les épaules solides. Les émotions (surtout les doutes) doivent être réfrénées. «Cette attitude peut favoriser un comportement addictif et avoir un effet négatif sur le mental», souligne Rahel Fenini. Le suicide touche bien plus les hommes que les femmes. Ils ont également tendance à négliger leur propre santé. «Tout cela participe d’une croyance selon laquelle l’homme ne connaît pas la douleur», ajoute la spécialiste.

Weinender wütender Mann

Photo: GettyImages

Dans quelle mesure est-ce un problème pour les autres?

La masculinité toxique se manifeste souvent par une agressivité envers autrui. Comme l’explique Rahel Fenini: «Il peut s’agir de formes de violence domestique ou sexualisée, mais aussi d’attaques personnelles, notamment contre les homosexuels, qui ne correspondent soi-disant pas à l’image des «hommes, les vrais».

Les modèles normatifs d’antan sont-ils vraiment un problème aujourd’hui?

Malheureusement, oui. «Les représentations et les attentes genrées sur le rôle et le comportement d’une personne en fonction de son sexe sont profondément ancrées dans la société et quasiment inamovibles». Notre société repose sur ces normes qu’elle reproduit à l’envi. Elles sont intériorisées par les individus qui, souvent, les transmettent inconsciemment. «Nous sommes tenus de remettre sans cesse en question nos propres conceptions et celles d’autrui et nos attentes en termes de genre afin de les redéfinir», explique la spécialiste.

La masculinité toxique au quotidien

Les modèles d’identification problématiques et comment y faire face:

  • Dans l’éducation
    En tant que parents, nous transmettons nos stéréotypes de genre à nos enfants. Que répondre à mon fils s’il me demande d’aller à un cours de danse classique? Quelle est ma réaction lorsque ma fille se comporte et s’habille en garçon manqué? Questionnez vos propres préjugés et recherchez le dialogue avec d’autres parents. Mettez le holà si vous entendez des remarques telles que «Tu es l’homme de la maison maintenant», «Un garçon, ça ne pleure pas» ou bien «Tu lances comme une fille».

Mann mit Baby im Bus

Photo: GettyImages

  • Au travail 
    Les hommes désireux de correspondre à une image traditionnelle craignent de réduire leur temps de travail pour s’occuper davantage des enfants et des tâches ménagères. On vit encore dans une société dominée par l’idée selon laquelle l’homme doit être le chef de famille et le principal soutien financier. Qui plus est, des études récentes montrent que les hommes travaillant à temps partiel sont pénalisés. Soutiendriez-vous votre partenaire s’il voulait travailler à temps partiel?
     

  • Dans la santé
    Les hommes ont une espérance de vie inférieure à celle des femmes, ils sont davantage touchés par le cancer, ont une alimentation moins saine et vont plus rarement consulter un médecin ou un psychologue: tout cela est avéré. Différentes initiatives ont donc été lancées depuis quelques années pour traiter la question de la santé masculine. Complément d’information sur Impuls.

Photo/scène: GettyImages

Noël ensemble

Avec les projets de l’Engagement Migros