En-tête

«Je suis enfin en accord avec moi-même»

Texte

Ralf Kaminski

Paru

01.06.2022

Portrait von Patricia

Cette année, la Zurich Pride met l’accent sur les droits des personnes trans. Patricia Moser (50 ans)* en fait partie, mais elle l’a refoulé pendant de nombreuses années. Elle raconte ici comment Patrick est devenu Patricia - et à quel point sa nouvelle identité a été accueillie positivement, y compris dans son environnement de travail.

«Cela peut paraître étrange, mais en fait, je n’aime pas du tout le changement. Je préfère la sécurité, la stabilité, la continuité. C’est peut-être pour cela qu’il m’a fallu si longtemps pour me pencher sérieusement sur les raisons pour lesquelles je me sentais intérieurement si à l’étroit et déséquilibrée depuis si longtemps. 

En fait, cela a commencé dès l’adolescence. Mes amis ont commencé à s’intéresser aux femmes, mais de manière très différente de moi - ils voulaient les conquérir, alors que j’aurais préféré être comme elles. L’intérêt sexuel n’a jamais été une priorité, ni pour les hommes ni pour les femmes, je ne suis sans doute pas seulement trans, mais aussi asexuée. L’être humain est important pour moi: des relations stables et de confiance, des amitiés profondes qui me soutiennent. J’ai toujours eu des relations de ce type, mais jamais de relation classique. Ce qui ne me manquait pas non plus.

Dans les années 1980, il n’y avait pas encore Internet et le thème des trans était pratiquement inconnu ou dégageait quelque chose d’un peu malsain. Il m’a donc été difficile d’identifier réellement ces sentiments. Au début de la vingtaine, je me suis confiée à un ami d’apprentissage; je lui ai dit que j’aimais bien me sentir femme de temps en temps. Il s’est montré compréhensif et est devenu un compagnon de route de longue date. C’est en 1993 que j’ai pris pour la première fois des photos de moi en tant que femme - le premier pas vers Patricia.

Crise existentielle à 42 ans

Mais dans les faits, j’ai continué à refouler le sujet et ces sentiments. Me déplacer en tant que femme une ou deux fois par an me suffisait amplement, c’était une sorte d’évasion dans un autre monde. Le reste du temps, j’étais Patrick, un peu réservé et spécial, concentré sur son travail et sa carrière. De plus, j’avais peur de mettre mon travail en danger si je suivais cette voie. Et je me sentais très bien chez Midor SA à Meilen ZH (aujourd’hui Delica SA), j’ai même dirigé une équipe entre-temps. Cela fait maintenant 20 ans que je travaille dans cette entreprise Migros.

Je n’ai pas non plus souffert de refouler ces sentiments; ma vie en tant que Patrick était OK, elle m’a construite et m’a permis de faire beaucoup de choses. Mais petit à petit, j’ai recueilli plus d’informations sur le thème des trans. Et en 2014, à 42 ans, j’ai vécu une véritable crise existentielle après une longue formation professionnelle, et j’ai soudain eu beaucoup de temps pour réfléchir. J’ai finalement décidé de faire le point avec une psychologue spécialisée dans les personnes trans. Le moment clé a été déclenché par deux questions qu’elle m’a posées: que se passerait-il si Patricia ne faisait plus partie de ta vie? Que se passerait-il si Patrick ne faisait plus partie de ta vie? J’ai pensé à beaucoup de choses pour Patricia, mais à rien pour Patrick. Vraiment rien.

Le soutien du chef

La psychologue m’a alors encouragée à poursuivre mon chemin en tant que Patricia. En 2016, j’ai entamé une thérapie hormonale qui a commencé à modifier mon corps, mais j’ai continué à essayer de le dissimuler au travail. Ce qui n’était pas toujours facile, car les hormones entraînaient notamment des sautes d’humeur; je devenais plus irritable et impatiente. Finalement, à l’été 2018, je me suis confiée à une collaboratrice cadre qui a réagi de manière étonnamment ouverte et qui a estimé que je devais également mettre au courant le directeur de l’époque. Mais j’avais trop peur de perdre mon travail.

Quelques semaines plus tard, elle m’a de nouveau encouragée en me disant que c’était une personne ouverte - et finalement, je lui ai permis de lui en parler. Quelques jours plus tard, je l’ai croisé par hasard dans le couloir et il m’a demandé si j’avais un peu de temps. Je m’attendais au pire et je l’ai suivi dans son bureau, véritablement pliée en deux. Mais c’est le contraire qui s’est produit. Il m’a expliqué qu’il s’était un peu penché sur la question des trans au cours des derniers jours et qu’il ne voyait absolument aucune raison pour que cela change quoi que ce soit à ma situation professionnelle. Il m’a même encouragée à poursuivre dans cette voie. Et si cela devait poser un problème au travail, je pouvais compter sur son total soutien. Je pouvais à peine y croire. Jusqu’à présent, je ne m’étais confiée qu’à quelques personnes au bureau en exigeant d’elles qu’elles gardent le secret.

Migros et les LGBTIQ+

Migros a également son propre groupe LGBTIQ+. La «Migros Pride» est une plate-forme ouverte pour des rencontres entre personnes partageant les mêmes intérêts. L’objectif est de promouvoir la visibilité et l’évidence des collaborateurs et collaboratrices de la communauté LGBTIQ+ dans l’environnement de travail - à l’intérieur et à l’extérieur de Migros. Le groupe échange tous les mois et participe à des événements pertinents tels que la Zurich Pride.

Pendant ce temps, mon traitement hormonal se poursuivait, tout comme le processus juridique visant à adapter mon nom. Et le lundi 7 janvier 2019, le moment tant attendu est arrivé: je me suis rendue pour la première fois au bureau sous le nom de Patricia. Avec l’aide de la responsable des ressources humaines, nous avons tout soigneusement préparé. Le vendredi précédent, lorsque j’ai quitté le bureau pour la dernière fois en tant que Patrick, le service du personnel a envoyé un e-mail à tout le monde pour les préparer. Les premières réactions par SMS ne se sont pas faites attendre - des félicitations, mais aussi des questions un peu surprenantes. Mais toutes bienveillantes. 

J’étais bien sûr incroyablement nerveuse, et le fait que quatre de mes collègues de confiance m’aient proposé de me retrouver le lundi pour le petit-déjeuner dans un café de Stadelhofen à Zurich, puis de me conduire ensemble au travail à Meilen, m’a beaucoup aidée. Cela m’a permis de me sentir soutenue et protégée. Et sur le grand écran à l’entrée, j’ai été accueillie par un: «Bienvenue chez Midor, Patricia!»

Un véritable cadeau

Au final, toutes mes craintes et mes inquiétudes se sont révélées infondées. Jusqu’à présent, je n’ai jamais observé de réaction négative. L’un de nos installateurs a été vraiment formidable: après quelques jours, il est venu me voir à la table du déjeuner et m’a dit: «Il faut que je te dise: Patricia est cent fois meilleure que Patrick». J’étais aussi beaucoup plus ouverte, chaleureuse et détendue qu’avant. 

Aujourd’hui encore, je considère l’énorme bienveillance dont j’ai bénéficié au travail comme un véritable cadeau. D’autant plus que je connais des histoires très différentes d’autres personnes trans - certaines ont perdu leur emploi ou ont été rejetées par leur famille. La mienne gère cela de manière détendue et me soutient pleinement. Je suis désormais tout naturellement reconnue et prise au sérieux en tant que femme, tant sur le plan professionnel que privé. 

Et je suis enfin en accord avec moi-même. Au téléphone, on me prend encore parfois pour un homme à cause de ma voix, mais pas dans la vie de tous les jours - même si je me fais parfois remarquer en raison de ma taille et que je sens de temps à autre des regards appuyés.

Un nouveau front dans le combat culturel

Je trouve formidable que la Pride de cette année mette l’accent sur les droits des trans. En début d’année, la Suisse a opéré un important changement en la matière: il est désormais très facile de modifier sa mention officielle de sexe dans le registre d’état civil - pour moi, la procédure était encore un peu compliquée. Mais cela ne m’a pas dérangée plus que ça. C’est un pas important à franchir, auquel il est primordial de bien réfléchir.

Je suis davantage préoccupée par l’instrumentalisation politique et médiatique des personnes trans. Ces dernières années, nous sommes devenues le nouveau front du combat culturel, d’une part dans les milieux conservateurs de droite, d’autre part chez une partie des féministes. Et pour être honnête, je trouve le débat trop extrême, trop acharné, trop indigné en permanence, des deux côtés. Même si j’apprécie le travail et le soutien des activistes trans: je pense que parfois, un peu plus de compromis et de décontraction seraient peut-être plus efficaces. D’un autre côté, il faut exiger beaucoup pour obtenir au moins un peu.

Je trouve effrayant le nombre de personnes trans qui sont assassinées chaque année - en 2021, il y en a eu officiellement 375 dans le monde, un record. Et presque toutes étaient des femmes trans. Heureusement, le danger est moindre dans notre pays. Mais j’évite cependant parfois certains endroits, comme le quartier des divertissements de Zurich la nuit le week-end. Ce n’est pas trop difficile pour moi, parce que je ne sors pas beaucoup de toute façon. Et dans l’ensemble, je me sens bien et en sécurité ici.»


*Nom connu de la rédaction

Focalisation sur les droits des trans

La Zurich Pride du 18 juin met pour la première fois l’accent sur la situation juridique et les défis des personnes trans. Une vue d’ensemble de la situation juridique actuelle est disponible sur le site Web du Transgender Network Switzerland (TGNS). Il existe certains déficits, par exemple en ce qui concerne la protection contre les crimes haineux, la protection contre la discrimination, l’interdiction des thérapies dites de conversion, l’accès aux soins médicaux ou la parentalité des personnes trans. TGNS offre également un soutien dans le monde du travail, tant pour les personnes trans que pour les entreprises.

Le défilé de la Pride aura lieu le 18 juin à Zurich. Rassemblement à 13h sur l’Helvetiaplatz.
Pour plus d’informations: zurichpridefestival.ch, tgns.ch

Photo/scène: Lucia Hunziker

S’abonner et gagner!

Souscrivez à notre newsletter et remportez 15 x 150.–!