En-tête

En train pour le week-end

Paru

13.06.2022

Une jeune femme avec un sac à dos se tient devant un train à la gare.

Un voyage sur les rails est des plus relaxants. Des escapades citadines surprenantes à travers l'Europe.

Blick von oben auf Manchester

Un véritable melting pot: le centre de Manchester autour de la Beetham Tower.

Manchester

Rugueux à l’extérieur, tendre à l’intérieur

En Angleterre, Londres est le numéro 1 incontesté des city-trips. Mais si vous vous rendez encore plus au nord, à Manchester, vous constaterez que l’Angleterre a bien plus que du tourisme de capitale à offrir. Au milieu de maisons en briques rouges et de magnifiques bâtiments victoriens se sont installés, outre deux universités, des opéras et une partie des studios de la BBC. 

Ainsi, la ville a également attiré de nombreux immigré-es au cours des dernières décennies. Aujourd’hui, les quelque 550 000 habitant-es de Manchester parlent plus de 200 langues, ce qui fait de la ville un melting-pot de cultures.

Graffiti und eine Galleriewand im «Afflecks»

Les «Afflecks» sont la Mecque de la culture alternative. À l’intérieur du centre commercial, des graffitis flamboyants ornent les murs. Immagine: fornita

Le centre-ville est étonnamment à taille humaine, ce qui donne déjà l’impression, après un week-end, d’avoir réellement appris à connaître la ville. Outre ses deux équipes de football, Manchester est surtout célèbre pour les icônes musicales qu’elle a produites: The Smiths et Oasis ne sont que deux des grands noms de la Britpop, sur les traces desquels on peut encore marcher aujourd’hui. 

Le Northern Quarter est la plaque tournante de la ville. Ce que Brooklyn est à New York, ce quartier l’est à Manchester. Il est un peu tombé en décrépitude, mais c’est peut-être pour cela qu’il est très en vogue depuis des années. Sur Oldham Street, au cœur du Northern Quarter, se succèdent des boutiques de vêtements vintage, des galeries, des magasins de disques et des bars d’où s’échappe, dès l’après-midi, une musique chargée de guitares. Une bonne occasion de trinquer!

Texte: Manuela Enggist

Conseils

Le «Fig and Sparrow» sur Oldham Street est l’un des endroits les plus branchés de la ville où l’on peut bruncher. Outre les œufs pochés et les toasts à l’avocat, on y trouve les «Scotch Eggs», une spécialité britannique: ils se composent d’œufs durs, qui sont enrobés de chair à saucisse, puis panés avec de la mie de pain et ensuite frits.

Le Richmond Tea Rooms se trouve dans le village gay branché. En réalité, on peut aussi y bruncher et y déjeuner. La plupart des visiteurs viennent toutefois pour l’«afternoon tea». Les scones avec la «clotted cream» (crème grumeleuse), les petits sandwichs et les gâteaux décorés de couleurs vives sont parmi les meilleurs de la ville.

L’hôtel Kimpton Clocktower sur Oxford Street a seulement ouvert ses portes l’année dernière. Ce bâtiment classé dont l’histoire remonte à 1890, date à laquelle il a ouvert ses portes en tant que siège social de The Refuge Assurance Company, abrite 270 chambres, dont onze suites. Le week-end, le restaurant de l’hôtel, «The Refuge», accueille des DJ en vogue. De plus, il y a toujours des expositions organisées en collaboration avec les British Culture Archive.

La Withworth Art Gallery est un musée d’art qui jouxte le Withworth Park. À ne pas manquer: une visite au café du musée, d’inspiration scandinave.

Dans ce voyage, le trajet fait partie de la destination. Il existe des trains reliant quotidiennement Zurich et Bâle à Manchester. La liaison la plus rapide (au départ de Bâle) dure dix heures et demie. Les correspondances se font à Paris et à Londres. Si vous prévoyez suffisamment de temps lors de votre escale à Paris, vous pouvez prendre un café crème dans l’un des cafés de la Gare du Nord.

Envie de voyager en train 

Vous avez des envies d’ailleurs, mais vous tenez à voyager dans le respect de l’environnement? Prenez le train! La start-up SimpleTrain soutenue par le Fonds pionnier Migros démontre sur sa plateforme de réservation qu’il est tout à fait possible d’organiser un voyage en train tout en respectant l’environnement. Grâce à une collaboration avec des compagnies ferroviaires européennes, on trouve souvent sur cette plateforme des offres plus avantageuses que sur les autres plateformes de réservation. Plus d’nformations sur simpletrain.ch. 

 

Die Innenstadt von Genua

Gênes possède l’un des plus grands centres historiques d’Europe et se prête merveilleusement bien à la flânerie. Avec le port en toile de fond, les dauphins font leur show.

GENUA

La magie de la mer 

Nombreux sont celles et ceux qui se rendent à Gênes uniquement pour prendre le ferry. La capitale de la Ligurie mérite pourtant plus d’attention. Le vieux port, le grand aquarium et la vieille ville animée se prêtent aussi parfaitement à un bref séjour en famille. Le Centro Storico est un dédale de ruelles sinueuses, de jolies petites places et d’imposants palais. À chaque coin de l’immense zone piétonne, des boulangeries, des bars, des cafés et des gelaterias vous invitent à vous restaurer. Pourtant, le charme de Gênes est rude. Il n’y a pas que l’odeur de la mer et du poisson. Des parfums moins agréables flottent également dans certaines ruelles. Les façades colorées de nombreuses maisons s’effritent et une route surélevée très fréquentée sépare la vieille ville du vieux port, le Porto Antico. Mais c’est précisément ce qui caractérise la ville. Gênes n’est pas sur son trente-et-un, car ici, la vie bat son plein. 

Texte: Monica Müller

La focaccia a été inventée à Gênes, tout comme le pesto genovese. Ces deux mets sont à déguster sans modération. Alors que la focaccia est vendue dans d’innombrables versions, les ingrédients du véritable pesto sont quant à eux strictement définis: seule l’huile d’olive ligurienne, les pignons de pin, l’ail, le parmesan, le pecorino et le sel sont autorisés. On mélange le pesto à des trofie.

Construit par le célèbre architecte génois Renzo Piano, l’aquarium fait penser à un navire amarré au milieu du vieux port. Il a été construit en 1992 pour célébrer le 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique, car Christophe Colomb était lui aussi Génois. Son emplacement sur la jetée, l’imposante construction et ses habitants nous captivent. En se promenant entre les différentes mers du monde, on rencontre entre autres des lamantins aux formes sinueuses, diverses espèces de requins et des espadons. On peut observer les dauphins lors de leurs sauts sur deux niveaux.

Le musée de la mer permet de découvrir la navigation sur quatre étages. On peut par exemple s’asseoir dans une galère reconstituée et ramer avec les jambes enchaînées. On peut aussi essayer de piloter un bateau en toute sécurité dans un simulateur depuis le Porto Antico. L’histoire de l’aventurier Ambrogio Fogar, qui a erré pendant 74 jours dans l’Antarctique à bord d’un canot de sauvetage, est également bien illustrée. Vous pourrez admirer ce dernier en direct. Le clou de la visite: on monte, casqué, à bord du sous-marin «S518 Nazario Sauro», qui tangue dans la mer devant le musée.

Une liaison directe avec Gênes est assurée une fois par jour pour les voyageurs en provenance de Suisse. Au départ de Chiasso, le trajet dure à peine trois heures. En cas de changement de train à Milan, il est recommandé de ne pas calculer trop juste la correspondance, car il y a souvent des retards.

Blick auf bunte Häuser am Fluss in Utrecht

L'Oudegracht serpente au milieu de la vieille ville pittoresque d'Utrecht.

Utrecht

Comme Amsterdam, mais en plus paisible 

Si vous aimez les promenades sur les canaux et le fromage hollandais, mais que l’agitation d’Amsterdam vous ennuie, vous êtes au bon endroit à Utrecht. La quatrième des plus grandes villes des Pays-Bas est en effet un très bon plan. Environ deux fois plus grande que Bâle, cette ville universitaire n’a pas à rougir de la comparaison avec la capitale. 

Sans être aussi pimpante, elle regorge néanmoins de coins et de ruelles charmants. Elle offre également une ambiance hollandaise avec tout ce que cela implique: des hordes de vélos, un système de canaux et du fromage et des fleurs à profusion. La cathédrale, emblématique d’Utrecht, possède même le clocher le plus haut du pays avec ses 112 mètres, mais celui-ci est actuellement enveloppé dans un échafaudage en raison de travaux. Comme on peut l’apercevoir en permanence dans la ville, elle sert aussi de point de repère aux touristes. 

Texte: Simon Koechlin

Il est vrai qu’il n’y a pas autant de canaux à Utrecht qu’à Amsterdam. En revanche, l’Oudegracht, le vieux canal, serpente au milieu de la vieille ville – et se laisse découvrir sur trois étages. Au niveau de la rue, on peut le parcourir tranquillement. Un peu plus bas, sur des pontons en pierre, des cafés et des restaurants invitent à la détente. Enfin, ceux qui s’aventurent sur l’eau le font avec un tour en bateau, en pédalo ou en kayak.

Le «Trajectum Lumen» est une manière différente de découvrir Utrecht. Sur ce parcours, des artistes ont transformé onze bâtiments, rues, ponts ou canaux en œuvres d’art lumineuses. Soir après soir, dès la tombée de la nuit, ces dernières racontent l’histoire de la ville sous un jour littéralement différent.

Chaque samedi, le charmant parvis de la Janskerk, l’église Saint-Jean, se change en paradis floral. Au marché aux fleurs, il y a plus de plantes qu’on ne peut en mettre dans n’importe quel jardin. Et des piles de fleurs coupées – tulipes, roses, pivoines et bien d’autres. Même si un bouquet ne survivrait pas au voyage de retour en Suisse, une visite vaut la peine, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux.

Une fois par jour, le train emmène les citadins suisses directement de Bâle à Utrecht – en seulement sept heures et demie. Il existe en outre diverses correspondances pendant la journée. Et depuis décembre 2021, un train de nuit part de Zurich et de Bâle pour arriver à Utrecht à huit heures et demie du matin.

news-inhaltsbild-zugreisen-leipzig

Le parc Clara Zetkin avec le nouvel hôtel de ville (à droite) et la City-Hochhaus.

Leipzig

Bien plus que Bach 

«Plus cool que Berlin, plus branchée que Munich» - depuis que la bible du voyage «Lonely Planet» a désigné Leipzig comme destination phare de l’Allemagne, la métropole saxonne a atteint son apogée touristique. Au-delà du monument de la Bataille des Nations et de la «Cave d’Auerbach», la ville a effectivement beaucoup à offrir. Si vous quittez le centre-ville agréablement pimpant pour parcourir les quartiers environnants, vous découvrirez une multitude de choses: des lieux intimes, des magasins alternatifs, des oasis culturelles.

Texte: Franz Ermel

Leipzig est une ville très verte. De nombreux parcs et espaces verts font partie de l’immense forêt alluviale qui forme un ruban vert à travers la ville. Si vous cherchez à vous évader de la grande ville, vous trouverez votre bonheur dans le parc Clara Zetkin, par exemple. De là, on peut courir, marcher ou faire du vélo sur les chemins forestiers et le long des rivières et des canaux jusqu’au lac de Cospuden situé plus au sud. N’oubliez pas votre maillot de bain!

Qui l’aurait cru: Leipzig compte plus de ponts que Venise ou Hambourg. La plupart se trouvent à Plagwitz et dans les quartiers voisins. L’ancien quartier industriel s’est transformé en un pôle d’économie créative, mais aussi en un charmant quartier résidentiel. Laissez-vous porter, la Karl-Heine-Strasse est un bon point de départ.

Leipzig, c’est aussi la ville de Bach par excellence - Jean-Sébastien Bach (1685–1750) a travaillé 37 ans comme cantor à l’église Saint-Thomas. Tous les vendredis à 18 heures et les samedis à 15 heures, des motets sont joués, généralement des œuvres de Bach, interprétées par des musiciens de haut niveau: le Thomanerchor et des membres du Gewandhausorchester, orchestre de renommée mondiale. Le tout pour seulement 2 euros. Arrivez à temps, car les concerts sont très fréquentés.

Leipzig est facilement accessible depuis la Suisse - soit via Francfort/Fulda (env. 6 heures depuis Bâle), soit via Munich/Nuremberg (env. 7 heures depuis St.  Margrethen). Dans tous les cas, il y a au moins une correspondance. Une nouveauté: à partir de décembre 2022, un train de nuit direct circulera de Bâle vers Leipzig-Dresde-Prague.

Blick auf einen Fluss in Ljubljana

La capitale idyllique de la Slovénie invite à ralentir le rythme.

Ljubljana

La Comté véritable 

La capitale slovène, Ljubljana, est si idyllique que l’on pourrait se croire dans un monde imaginaire: pleine de miel, exempte de voitures et aussi sûre que le pays des Hobbits. Parfait pour baisser la pression d’un ou deux crans. 

La Slovénie pourrait être la petite sœur de la Suisse. Deux fois plus petite, avec seulement un peu plus de deux millions d’habitants, l’ancienne république yougoslave emprunte le meilleur de ses voisins: la douceur de vivre italienne, le goût autrichien pour la randonnée, l’architecture hongroise et la gastronomie croate. 

Texte: Dario Aeberli

La montagne locale de Ljubljana est une destination familiale très prisée. Située à douze kilomètres du centre-ville, elle offre une vue sur la moitié de la Slovénie à 676 mètres d’altitude. Mais l’ascension n’est pas sans difficultés. Les locaux portent tous des vêtements de sport. À côté du restaurant, un panneau indique qu’un fou a fait l’ascension en moins de 11 minutes. Le commun des mortels devrait plutôt y consacrer 45 minutes et se récompenser de sa performance avec une glace ou au moins une boisson isotonique au restaurant.

Les roulades de pâte fine existent en des centaines de variantes salées ou sucrées. La plus populaire est farcie au fromage ricotta et à l’estragon. Mais il en existe aussi aux myrtilles, au chocolat ou aux noix. Incontournable: une cuillère de miel ou, mieux, deux en guise de nappage. Mais choisissez judicieusement, car il est difficile de consommer plus de trois portions par jour. L’idéal est de se faire conseiller dans les marchés couverts au bord du fleuve et de partager un Štruklji.

Si vous trouvez que tout cela est trop harmonieux, vous devriez visiter le quartier de Metelkova. Le pendant slovène de la Reitschule de Berne s’est installé sur l’ancien terrain de l’armée yougoslave. Le centre culturel accueille des fêtes, des expositions d’art alternatif ou des concerts de metal.

Il existe une liaison ferroviaire directe entre la gare centrale de Zurich et Ljubljana. Le train de nuit permet d’arriver dans la capitale slovène à 8 heures du matin, après 11 heures et demie de voyage. Des boules Quies et un masque de nuit permettent d’arriver à Ljubljana en étant bien reposé.

Photo: Getty Images

Devenez les héros du voisinage

Nous mettons en jeu 500 x Fr. 500.– pour des projets communs de voisinage.