En-tête

«Grandir en allemand et en albanais, c’est cool!»

Texte

Kristina Reiss

Paru

27.05.2022

header-news-bildung-bilinguale-kinder

Les enfants multilingues sont avantagés. Mais à quoi faut-il veiller? Qu’apportent les crèches bilingues ou les jeunes au pair de Chine?

Parler plusieurs langues vous facilite la vie, et pas seulement pour communiquer. En effet, de nombreuses études démontrent que les personnes multilingues se concentrent mieux, résolvent plus facilement les conflits et se mettent plus facilement à la place des autres. Leur cerveau est en outre plus flexible jusqu’à un âge avancé. Les questions et réponses les plus fréquentes sur ce thème:

Les enfants sont-ils dépassés lorsqu’ils grandissent en trois langues?

Non. «Les enfants peuvent apprendre plusieurs langues en même temps», explique Franziska Vogt, directrice de l’Institut de recherche sur l’enseignement et l’apprentissage et du Centre d’éducation précoce à la Haute école pédagogique de Saint-Gall. Aucune phase de la vie ne permet l’apprentissage d’une langue étrangère aussi facilement que l’enfance. Cet apprentissage permet également de transmettre des valeurs, des traditions et des normes: un enfant multilingue devient ainsi plus sûr de lui dans ses interactions avec d’autres cultures. 

Est-ce utile de parler anglais aux enfants, même si ce n’est pas ma langue maternelle?

La spécialiste le déconseille: «Cela n’est pas authentique et ne fait qu’embrouiller les enfants.» Il en va autrement des crèches bilingues ou des jeunes filles au pair de Chine. Dans ce cas, la langue constitue un élément nécessaire pour communiquer au quotidien avec les natifs dont les enfants sont proches. Les parents devraient transmettre dès le début à leurs enfants la langue qui est leur langue de cœur.

Que faut-il pour que les enfants apprennent la langue locale?

L’idéal pour les enfants est d’apprendre la langue locale en dehors du cercle familial, avant d’entrer à l’école maternelle. «Pour cela, il faut des crèches et des groupes de jeux gratuits ou à bas prix», estime Vogt (voir encadré). De manière générale, elle souhaite que le multilinguisme soit davantage valorisé: «Grandir en allemand et en anglais est certes cool, mais cela vaut aussi pour une éducation en allemand et en albanais ou encore en allemand et en swahili!»

Dès avant d’entrer à l’école

Dans le groupe de jeux multilingue du centre de rencontre interculturel pour femmes Karibu (en allemand), la psychologue pour enfants Sengül Ataç travaille avec des animatrices qui parlent elles-mêmes la langue maternelle des enfants. «Nous pouvons ainsi jouer ou chanter des chansons avec les petits, aussi bien en allemand que dans leur première langue.» Par peur que leur enfant soit désavantagé plus tard à l’école, les parents issus de l’immigration préféraient baragouiner dans un allemand approximatif plutôt que dans leur langue maternelle.» Si l’intention est bonne, cette approche est erronée. «Seuls ceux qui sont à l’aise dans leur langue maternelle apprennent bien les langues secondes», selon Ataç. Le projet bénéficie du soutien de l’initiative «ici. ensemble.»

Est-il vrai qu’il faut plus de temps à des enfants multilingues pour bien maîtriser une langue?

Les enfants multilingues entendent moins de mots et de phrases dans une langue donnée que des enfants grandissant dans un environnement monolingue. Leur apprentissage se disperse donc sur plusieurs langues. C’est la raison pour laquelle certains enfants acquièrent dans un premier temps plus lentement les différentes langues. Cela dit, la différence n’est pas énorme; même sans ce facteur, certains enfants parlent plus tôt tandis que d’autres développent ces capacités plus tard. 

Comment éviter un «méli-mélo» entre les langues? 

Pas de panique, ce galimatias se résout la plupart du temps de lui-même. Il n’est pas rare de tout mélanger quand on grandit en plusieurs langues: quand un enfant ne parvient pas encore à exprimer quelque chose dans une langue, il se rabat provisoirement sur l’autre. 

Et que faire si un enfant se ferme à une langue?

Vogt conseille de garder son sang-froid et de continuer à s’exprimer dans la langue en question. «Cela permet à l’enfant d’emmagasiner la langue jusqu’à ce qu’il finisse peut-être par l’utiliser plus tard.» 

Nos cinq meilleures astuces

  • Prendre une décision consciente en tant que couple avant la naissance: dans quelles langues les enfants doivent-ils grandir? Jouer, lire et parler beaucoup dans ces langues, tous ensemble.
  • Rester flexible! L’enfant passera toujours par des phases où il préfère une langue à l’autre.
  • Au lieu de critiquer («C’est faux ce que tu as dit! Il faut dire...»), mieux vaut répéter la phrase correctement et la compléter en passant.
  • Intégrer également la langue locale (en fréquentant des groupes de jeux ou des crèches, en ayant des contacts avec des familles qui parlent la langue locale), s’intéresser à la langue locale en tant que parents (des études montrent que les enfants l’apprennent alors plus rapidement).
  • En cas d’incertitudes et de questions, mieux vaut consulter le pédiatre une fois de plus.

Photo/scène: Getty Images

S’abonner et gagner!

Souscrivez à notre newsletter et remportez 15 x 150.–!